photo du parc classé en Vendée 1 photo du parc classé en Vendée 2 photo du parc classé en Vendée 3 photo du parc classé en Vendée 4 photo du parc classé en Vendée 5 photo du parc classé en Vendée 6 photo du parc classé en Vendée 7 photo du parc classé en Vendée 8 photo du parc classé en Vendée 9 photo du parc classé en Vendée 10 photo du parc classé en Vendée 11 photo du parc classé en Vendée 12 photo du parc classé en Vendée 13 photo du parc classé en Vendée 14 photo du parc classé en Vendée 15 photo du parc classé en Vendée 16 photo du parc classé en Vendée 17 photo du parc classé en Vendée 18 photo du parc classé en Vendée 19 photo du parc classé en Vendée 20 photo du parc classé en Vendée 21 photo du parc classé en Vendée 22 photo du parc classé en Vendée 23 photo du parc classé en Vendée 24

VISITE DU PARC

Heures de visite :  14 heures à 19 heures

Jours de visite :  

du 3 au 5 juin : « rendez-vous aux jardins »

en Juin : les Vendredi, Samedi, dimanche

en Juillet : les jeudi, vendredi, samedi, dimanche

en Août : les jeudi, vendredi, samedi dimanche

en Septembre : les vendredi, samedi dimanche

Le reste de l’année sur rendez-vous.

Prix de la visite : 5 € par personne, gratuit pour les enfants de moins de 12 ans, 4 € pour les groupes (20 personnes minimum)

à disposition des visiteurs une plaquette (descriptif du parc, historique  et suggestion pour la visite)

Pour des groupes une visite accompagnée peut être proposée.

Attention il est défendu de prélever des plantes et de monter sur les massifs ainsi que de laisser traîner des vieux papiers ou des bouteilles sur les lieux.

L’entrée se fait toujours par la rue du Prieuré, sauf pour les groupes qui entrent par la grille rue Ferchaud (si réservation)

Il est vivement conseillé de conjuguer la visite du Manoir des Sciences avec le Prieuré.
Il faut parquer sa voiture dans les rues du village ou sur le parking du Manoir

Et maintenant visitons le Prieuré

Vous entrez par la porte rue du Prieuré, portail en voûte coté rue et rectangulaire coté cour. En entrant à droite vous avez un long bâtiment (en cours de restauration), qui est le seul édifice qui reste d’avant la révolution. Première porte à droite un écusson daté de 1695 avec palmettes, les armes ont été détruites, martelées pendant les guerres de religion ou de vendée. Cette porte romane donne sur le réfectoire des moines (transformé actuellement en salle de vie, billard, cuisine et un escalier en pierre monte dans le dortoir).
Dans le même bâtiment, la porte suivante, est l’ancienne chapelle, découvertes très récemment, qui a besoin d’être restaurée. On y trouve une grande fenêtre 14 ème siècle, une fenêtre romane et une piscine ou on lavait les vases sacrées. Cette chapelle est orientée vers l’est comme tous les lieux de culte de cette époque.
En face vous pouvez voir la maison principale qui est une reconstruction du 19ème. Cependant il reste un bel escalier du 17 ème et une cuisine ancienne dallée de pierre de Piochère (carrière de St Pierre du Chemin)
Vous pouvez faire le tour de la maison, jeter un regard discret sur la piscine et regarder les multiples plantations qui sont toutes signalées par des étiquettes.

Et puis vous vous dirigez vers le parc. L’entrée du parc se matérialise par une grille encadrée de deux pilastres très particuliers : Ils sont surmontés d’Octoctaires dont la signification nous échappe. On y trouve de chaque côté des armes (sans doute celles des Prieurs) avec une date à droite (1735) et un nom « Larguiller ». Est ce le nom du sculpteur ? L’autre coté le cœur du Christ, percé de deux flèches, emblème des Chanoines de st Augustin.
En franchissant cette grille on descend dans une deuxième terrasse avec un alignement d’ifs plusieurs fois centenaires taillés en topiaire, à droite un jardin potager familiale dessiné d’allées enherbées, à gauche une pelouse avec au centre un cadran solaire et deux pins parasols.

En bout de l’allée, une autre grille s’ouvre sur le grand parc qui descend vers une autre terrasse. L’alignement des Ifs se prolonge jusqu’au bout. Il y a en tout 90 ifs (taxus) qui sont régulièrement taillés (les coupes servent à un laboratoire pour fabriquer un médicament contre le cancer.)

Après cette deuxième grille on arrive dans un espace assez extraordinaire. Des terrasses en forme d’allées majestueusement encadrées d’ifs et à gauche et à droite des descentes en terre qui vous emmène vers un une petite prairie et un bois et surtout à droite dans un jardin du 18ème siècle qui vient d’être créé. Il faut admirer ce parterre du haut des terrasses puis déambuler entre les cultures. Vous pouvez également vous promener le long des terrasses, promenade de méditation des chanoines qui ont vécu dans ce lieu plusieurs siècles.
Et puis vous pouvez descendre dans les « guichelaines » par un sentier qui vous conduira au bord du Lay. Il vous sera possible de longer la rivière et de remonter par un autre sentier vers le centre du parc. Au loin après le tennis vous apercevez deux étangs en cascades. Entre le lavoir ( à retaurer) nous avons remis en état la cressonnière alimentée par des sources , qui souterrainement vont au lavoir.
Nous espérons, nous les propriétaires, que voue serez sensible à ce lieu qui a une connotation spirituelle. Il a été habité pendant des siècles par des hommes de Dieu.
Le jardin 18 ème a été conçu en tenant compte du Prieuré, lieu de vie mais aussi un lieu de prière. Dans les carrés A se trouve des « petits fruits » dans les carrés B de « vivaces », les carrés C des « plantes condimentaires, à parfum ou médicinales » et en D des « légumes anciens et/ou oubliés ». Le Maître d’œuvre de ce jardin est Michel Ouvrard, ancien enseignant à l’ENITH d’Angers et spécialiste reconnu des légumes oubliés.

PS : vous trouverez, au cours du parcours de nombreux bancs de pierre, y compris au bord de la rivière, qui vous permettrons de faire une pose.


Historique

Brève histoire du Prieuré saint Pierre
Réaumur se situe dans le Canton de Pouzauges, à 8 km de Cheffois et à 6 km de Mouilleron-en–Pareds.
Le célèbre physicien et naturaliste du 17ème siècle Ferchaud de Réaumur (1684/1757), a résidé dans ce lieu pendant une partie de sa vie et y possédait un Manoir et des terres. Le Manoir du Physicien est aujourd’hui la propriété de la Communauté de Commune. Ce Manoir a été sauvé de la ruine grâce à la volonté de la Municipalité de Réaumur et à ses habitants. Depuis le printemps 2002, un musée sur les sciences du 17ème et sur les découvertes du Physicien est ouvert au public. Les financements ont été publics (Région, Conseil Général, Canton, Commune). Ce musée mérite la visite.
L’Eglise Saint Pierre, paroisse de la Commune, date du 15ème siècle et est remarquable par son système de fortifications avec ses deux échauguettes et mâchicoulis ; Au fond du cœur il y a une grande baie flamboyante.
Réaumur est aussi un lieu de dévotion à la Vierge. Une chapelle Sainte Marie a été édifiée à l’endroit où se situerait l’apparition de la Vierge à un chevalier de retour d’une croisade et qui mourait de soif. Cette légende date de 1200 environ. Un pèlerinage a lieu depuis 100 ans au moins, au début de chaque mois de septembre. La chapelle a été reconstruite au début du 20 ème siècle.
Le Prieuré est actuellement un logis vendéen très classique construit après les guerres de Vendée (vers 1820) sur l’emplacement et avec les matériaux du Prieuré détruit par un incendie en 1789, sans doute aussi lors du passage des « colonnes infernales »le 30 septembre 1793, par les troupes de Westermann et son acolyte le représentant du peuple Fayau qui pénétrèrent dans le bourg de Réaumur (1.200 hommes) et se distinguèrent par leurs atrocités ; ils reçurent les félicitations de Tureau. Seule l’Eglise fut un peu près épargnée. Le 14 mars 1794 une nouvelle attaque eut lieu par la cavalerie républicaine du corps de la Châtaigneraie. Un grand nombre de vendéens périrent ce jour là également.
Le Prieuré était une Seigneurie de quelque importance, donnant à son titulaire des droits étendus en dîmes, cens, rentes nobles etc.
On connaît les noms des Prieurs-curés de Réaumur depuis 1203 :
Pierre de Bellosa fut le premier Prieur et pourrait être le Croisé de la légende (1203). Ensuite Jean 1220, puis Jean Joussaume 1240, Sanson Bonnet 1501, Pierre de Biron 1512, Jacques Bigot 1546, De la Tour 1547, Pierre Aubert 1561, Jean Brizot 1561, René de Bohes 1610, René du Buchet, Pierre Brissonnet 1636, Pierre Brillouet 1637-1649, Julien
Rafugeau 1685-1692, Jean Echassereau 1699-1715, Jean Renaudin 1717-
1722, Claude-François Le Bourgoing de Sichamp 1725-1754, J-B Lambin 1754-171772, Ant. Joannon 1772-1778, Jean Pons 1781-1791.

Il y avait au prieuré une chapelle domestique qui servvit au prêche des protestants à la fin du 16ème. On y lisait encore sur une pièce de bois formant linteau de la porte : locus orationis, 1596.
C’est le Père Le Bourgoing de Sichamp qui fit aménager le magnifique jardin du Prieuré, avec ses terrasses boisées encore existantes. Deux colonnes qui en décorent l’entrée portent ses armes.
Jean Pons, le dernier Prieur, prêta le serment constitutionnel et se rendit acquéreur du
Prieuré reconstruit par lui en 1789 et vendu nationalement le 19 thermidor 1791.
Après la disparition de M. Pons, le saint ministère fut exercé à Réaumur par le vénérable M. Pibouin, lui aussi chanoine régulier.
Le Prieuré saint Pierre dépendait de l’Abbaye de la Sainte Trinité de Mauléon (Châtillon sur Sèvre). Les religieux étaient des Chanoines réguliers de saint Augustin jusqu’en 1660. A cette époque et sous l’autorité du Prieur Brillouet , les Chanoines réguliers se réformèrent et entrèrent dans la congrégation de Sainte Geneviève ou Génofévains ou Congrégation de France.
Si le logis et ses bâtiments annexes n’ont que des traces et indices de l’ancien Prieuré, le Parc a gardé son style du 18 ème, avec une bonne conservation des terrasses et grands végétaux (90 taxus) dont certains ont plusieurs centaines d’années.

« L’ensemble a beaucoup de personnalité. Il s’agit d’une réplique de jardin d’une facture peu courante par son originalité et sa qualité paysagère, sa valeur historique également » (A Sauvé) « C’est un lieu magique, plein de mystères, cela mériterait une étude historique, je ne sais quoi penser de tout cela, c’est la seule fois où j’ai vu une pareille disposition » M.E Héraud
Par arrêté 96/DRAC/1999 le Prieuré est porté sur l’inventaire supplémentaire des monuments historiques, considérant que l’ancien Prieuré présente au point de vue de l’histoire et de l’art un intérêt suffisant pour en rendre désirable la préservation en raison de l’intérêt présenté par le caractère de rareté du jardin du milieu du 17ème.
Le parc est doté d’une succession d’espaces très caractéristiques : jardin de vie autour du logis, jardin alimentaire, potager, verger etc., jardin de promenade et de méditation, vigne bois, rivière, étang, cressonnière, lavoir.
La promenade, qui représente un grand intérêt, est constituée de terrasses bordées d’ifs entourant un espace central, en contre bas, appelé affiage. (Lieu d’arboriculture ?). La promenade se prolonge dans le bois des Guichelène et le bord du Lay
Ce lieu d’histoire et de patrimoine étroitement lié avec la commune de Réaumur, mérite d’être sauvé.
Ps : les propriétaires viennent de découvrir dans une dépendance des éléments d’une ancienne chapelle du 14 ème siècle : fenêtre ogival, crédence, niche. Les fouilles continueront après avis des Monuments historiques.
Le Prieuré et la Famille Audé
En 1756, le Prieur Lambin afferma pour 5 ans à Jean Audé le revenu temporel du Prieuré. Jean Hyacinthe Audé, né à Réaumur en 1727, et décédé à Fontenay le peuple le 16 Brumaire l’an 3. Il était Notaire royal à Réaumur en 1758. Il suivit avec toute sa famille, l’armée vendéenne, pendant les guerres de Vendée (la virée de galerne). Dans sa retraite sur la Loire, mais après la bataille de Cholet, s’étant vu isolé de l’armée, il rentra dans le pays, allant la nuit de ferme en ferme, puis se réfugia à Fontenay, où il mourut d’une chute dans un escalier. Il jouissait d’une fortune considérable et d’une grande influence.

Son fils, Pierre Joseph Audé (1780/1855) né et décédé à Réaumur, était marié à Marie Landais. Il fut notaire au Puy Béliard et à Réaumur; C’est lui qui acquit le Prieuré le 1 septembre 1831 à dame Anne Viot, veuve Bournigal pour 14.000 francs.
Son fils René, Victorien Audé ( 1818/1892) vécu au Prieuré.
Léon Audé né aussi à Réaumur était son frère. Ce dernier fut Maire de la Roche sur YON et Secrétaire Général de la Vendée Il était propriétaire des Granges Cathus à Talmont. Il est enterré à Réaumur ( 1815/1870).
René Victorien Audé eut 2 fils et deux filles, tous les quatre nés à Réaumur. Alexandre Audé’(1835/1918) : Grand Médecin et homme Public, Une rue porte son nom à Fontenay. Alfred Audé (1838/1901) fut Notaire à Montaigu, puis à La Roche sur Yon ( Président de la Chambre des Notaires et Président du Bureau d’Assistance) Il était propriétaire du Prieuré de Réaumur, mais sa sœur Elzélina en avait la jouissance.
Virginie Audé, morte jeune.
Elzélina Audé (1839,1926) célibataire, habita toute sa vie le Prieuré.
Le Prieuré devint la propriété d’une fille d’Alfred Audé, , Hélène (1871/1956) mariée à Edgar Phelipeau, Avoué à La Roche sur Yon, mais elle ne put jouir de sa propriété qu’après le décès d’Elzélina Audé en 1926 . Les propriétaires actuels sont les descendants directs de la famille Audé